Third congress of Moroccan Association of Semiotics


moroccan assoc semiotIII Congress of the Moroccan Association of Semiotics

Moroccan group of Semiotics Moulay Ismail University

                                              

                                              

Call for Papers

 Semiotics and Society
New challenges, new approaches

November 19th and 20th, 2013

 School of Arts and Humanities

Meknes, Morocco.

Ferdinand de Saussure could not dissociate Semiotics from social life. Before him, Peirce also stated, but within another perspective, that there is one conclusion and one limit to Semiosis: the community. Eco qualified Semiotics as a science that can be used to lie, considered a discipline constantly called to support the analysis of forms and contents by a philosophy of action. In all these definitions or visions of Semiotics, society is deemed indispensable. This is not only because society would be better explained once approached by Semiotics, but also because this similar semiotic explanation would result in changes such as: other ways to see, to seize, to interpret and, therefore, to change the world. Signs and society interact, influence each other, and educate mutually.

Today’s society offers a rich and diverse discipline, new forms of extremisms, Sufism, new totalitarian discourses which make their appearance through knowledge and politicians’ support. These phenomena have caused (created) diverse and varied reactions such as: being concretized in open protests and in other deaf and hidden ones.
The disaster provoked by the collapse of Lehman Brothers, and those that followed have showed the supremacy of economic extremism supported by academia  and have led to several waves of protests and challenges in the world.  This upheaval was dubbed Arab Spring by Western media. Suffice it here to list the movement of protest against finance and against aberrations such as rating agencies, the protests of students and academics in many regions of the world, or other social movements concerning minorities. All these movements agree to defend one form or under another (form) the meaning of the human, the meaning of life, the meaning of the other, the meaning of particularity and of difference. That is to say meaning (as it is).
How can Semiotics be useful to these phenomena, and to the global society, in general, and to the Arab or Moroccan society, in particular? How each of these phenomena would win to be better grasped and understood once approached from a semiotic perspective? How could the refusal, the protest or the denunciation, its language, its codes, its recourses, and its encyclopedia be presented in general? How can the history of the refusal be useful, existing or to reconstruct, in the Arab or Moroccan society?   How can the semiotic approach help to better understand, and perhaps, even to react on these new discourses or phenomena?

Hence, the following questions can be tackled, and we can consider the following axes:
1. Semiotics and action: Semiotics of the text or Socio-semiotics or Semiotics of culture, theoretical underpinning and epistemological limits.
2. Semiotics of political, religious, economic, academic and gender stereotypes.
3. The literature of protest, its history, its multiple forms and media: books, walls, graffiti, internet, etc..
4. Semiotics of passions and of protest of today.
5. Semiotics as a critique of ideology.
6. The difference and the quest of meaning as the quest of human survival.
Calendar of III Congress
– September 20th: deadline for submitting proposals to the following address: barnoussim@ymail.com
– September 27th:  notification of acceptance, revision or rejection
– Beginning of November: time to start sending texts.

– On November 19th   and 20th:  the conference will be held at the School of Arts and Humanities in Meknes.
– March 2014: time to submit final versions of papers for publication.
– May 2014: Notification to be sent to authors about acceptance, revision or rejection of texts.
– September 2014: time to send proofs  to authors for revision.
– November 2014 publication of acts.

Organisation board

Mokhtar Belarbi

Nadia Benelazmia

Mohamed Bernoussi

Tijania Hiddas

Mohamed Infi

Scientific board

Mohamed Bernoussi

Eric Landowski

Massimo Leone

Anna-Maria Lorusso

Haddaoui Tai

III  Congrès de l’Association Marocaine de Sémiotique

Groupe marocain de sémiotique Université Moulay Ismail

Appel à contributions

Sémiotique et Société

 Nouveaux défis, nouvelles approches

19 et 20 novembre Faculté des lettres de Meknès

         Ferdinand de Saussure ne pouvait dissocier la sémiologie de la vie sociale ; Peirce, avant lui, déclarait aussi, mais dans une autre problématique, qu’il y a une conclusion et une limite à la semiosis, la communauté. Eco qualifiait la sémiotique de science du mensonge, entendue comme discipline appelée constamment à appuyer l’analyse des formes et des contenus par une philosophie de l’action. Dans toutes ces définitions ou visions de la sémiotique, la société se révèle indispensable.  Ce n’est pas seulement parce  que les phénomènes de la société seraient mieux expliqués une fois abordés par la sémiotique, mais c’est aussi parce que cette même explication sémiotique donnerait lieu à des changements, à d’autres façons de voir, de saisir, d’interpréter et donc de changer le monde. Signes et société interagissent, s’influencent et s’éduquent mutuellement.

La société  actuelle offre une matière riche et diversifiée. De nouvelles formes d’extrémismes, de soufismes, de nouveaux discours totalitaires font leur apparition soutenus par des savoirs et par des hommes politiques. Ces phénomènes ont suscité des réactions diversifiées et variées, se concrétisant dans des protestations ouvertes et claires et dans d’autres sourdes ou masquées.

Le désastre provoqué par la chute de Lehman Brothers, et ceux qui s’en suivirent ont révélé la suprématie d’un extrémisme économique appuyée par des savoirs académiques et ont entrainé plusieurs vagues de protestations et de remises en question dans le monde ; ce qui a été appelé par les medias occidentaux le printemps arabe, le mouvement de protestation contre la finance et contre des aberrations comme les agences de notation, le mouvement de protestation des étudiants ou des universitaires dans plusieurs régions du monde,  ou d’autres mouvements sociaux concernant les minorités en sont les illustrations. Tous ces mouvements s’accordent à défendre sous une forme ou sous une autre le sens de l’humain, le sens de la vie, le sens de l’autre, le sens de la particularité et de la différence, c’est-à-dire le sens tout court.

De quelle utilité peut être la sémiotique pour ces phénomènes et pour la société globale? En particulier la société arabe ou marocaine ?  Comment chacun de ces phénomènes gagnerait-il à être mieux saisi et mieux compris une fois abordé d’un point de vue sémiotique ? Comment se présente le refus, la protestation ou la dénonciation,  son langage, ses codes, ses recours et son encyclopédie en général ? De quelle utilité peut être l’histoire du refus, existante ou à reconstituer, dans la société arabe ou marocaine ?

Comment l’approche sémiotique peut-elle aider à mieux comprendre, et peut-être même à agir sur ces nouveaux discours ou phénomènes ?

Le troisième congrès qui aura lieu à la Faculté des Lettres de Meknès veut créer l’occasion de se pencher et de réfléchir sur ces questions et sur d’autres. On peut envisager les axes suivants :

1. Sémiotique et action : sémiotique du texte, sociosémiotique ou sémiotique de la culture,  sous-bassements théoriques et limites épistémologiques.

2. La sémiotique des stéréotypes politiques, religieux, économiques et académiques.

3. La littérature de la protestation, son histoire, ses multiples formes et supports : livres, murs, graffitis, internet, etc.

4. La sémiotique des passions aujourd’hui et la protestation

5. La sémiotique comme critique de l’idéologie

6. La différence et la quête du sens comme quête pour la survie de l’homme

Calendrier du III Congres

20 septembre            Date limite d’envoi des propositions à l’adresse suivante : barnoussim@ymail.com

27  septembre             notification d’acceptation, de révision ou de refus

Début novembre        envoi des textes

19 et 20 novembre     déroulement du congrès à la Faculté des Lettres de Meknès

Mars 2014                  envoi des versions définitives des textes pour publication

Mai 2014                    notification aux auteurs d’acceptation, de révision ou de refus des                                  textes

Septembre                  Envoi des épreuves aux auteurs  pour révision

Novembre 2014         sortie des actes.

 

Comité d’organisation

Mokhtar Belarbi

Nadia Benelazmia

Mohamed Bernoussi

Tijania Hiddas

Mohamed Infi

Comité scientifique

Mohamed Bernoussi

Eric Landowski

Massimo Leone

Anna-Maria Lorusso

Haddaoui Tai

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: